Nationaliste Social et Ethniciste

Nationaliste Social et Ethniciste

Les Antilles méritent-elles encore d'être françaises?

L'actualité est dominée en ce moment par la crise (pour ne pas dire la révolte) qui, partie de Guadeloupe, se répand en Martinique et en Guyane, avant peut-être de gagner le reste de la "France d'outre-mer". On mesure, en entendant les propos qui confinent au racisme de certains "porte-parole" des Guadeloupéens et en voyant des voyous cagoulés brûler des voitures ou tirer au hasard, quelle erreur la France a commise en conservant ces lambeaux de son empire colonial défunt.

 

Qu'est-ce que les Antilles apportent à la France? Rien, bien au contraire. Ces territoires engloutissent des sommes énormes que la France dépense pour entretenir artificiellement l'économie de ces contrées. Les Guadeloupéens se comparent aux Français de métropole, mais ils oublient de se comparer aux Haïtiens ou aux Dominicains. Ce sont les Français de métropole qui, par leurs séjours touristiques, soutiennent l'essentiel de l'activité des îles. Ce sont les impôts des Français de métropole qui paient les allocations familiales et les RMI des Antillais. Les "travailleurs" guadeloupéens manifestent. Mais où sont-ils les "travailleurs" guadeloupéens, avec  un taux de chômage de près de 25 % et 55 % chez les jeunes? Ils se plaignent des inégalités sociales? Alors ce n'est pas un problème "antillais" mais national pour ne pas dire mondial. Les Antillais ne sont pas les seuls victimes. Dans bien des endroits de France, il n'est nul besoin d'être descendant d'esclave pour connaître la misère, le désespoir et l'angoisse du lendemain.

 

Au-delà de la crise sociale, les vieilles rancoeurs se raniment. Le conflit se "racialise" nous dit-on (enfin, c'est un élu de Guadeloupe qui le dit). Et allons-y! Reprenons la vieille litanie victimaire que Mme Taubira et cie ont mise au goût du jour. Les "pauvres" descendants d'esclaves subissent l'odieuse oppression des méchants descendants de colons, "blancs" et évidemment racistes. Mettons l'histoire au placard. Peu importe que l'esclavage ait été aboli en 1848, il y a plus de 160 ans. Peu importe que, parmi ces Guadeloupéens mulâtres, certains aient autant de sang d'esclave que de sang d'esclavagiste dans les veines. Tout cela est balayé d'un revers d'un main, au profit d'un véritable totalitarisme mémoriel, d'une mémoire unique, figée, réductrice et donc bien sûr mensongère. Ceux-là même qui dénoncent les mythes de l'histoire de France s'en fabriquent... et veulent nous les imposer! Le plus grave est que ces mythes victimaires ont été gravés dans les Tables de la loi, avec précisément cette loi Taubira qui déchire la nation en attisant haines et concurrences mémorielles. Et c'est la gauche qui a permis, cautionné, voté cette abomination. Qu'un historien, au cours de ses travaux, en vienne à bousculer les mythes et alors les descendants de "victimes" se déchaînent, le traînent devant les tribunaux et l'accusent d'accointances malsaines avec l'extrême-droite sous le prétexte que des groupes de cette mouvance puisent dans ses travaux pour alimenter leur argumentaire et profitent de la situation pour faire parler d'eux. Les accusateurs négligent de dire qu'ils utilisent abondamment des historiens "engagés", c'est-à-dire en fait partiaux, pour défendre leurs propres thèses.

 

Qu'avons-nous à attendre des Antilles? Rien. Les Antillais viennent par milliers occuper des emplois en métropole, et il faudra bientôt leur laisser la place sous peine d'être accusé de "racisme" ou de "discrimination". Les Antillais ont fêté l'élection d'Obama, certains proclamant même qu'il était "leur" président. Ils rêvent déjà du jour où l'un des leurs s'installera à l'Elysée, et cela, non pas dans un esprit de réconciliation mais bien de revanche sur les "blancs", leurs ennemis éternels. Les Antilles ne veulent plus être françaises, c'est à la France de devenir antillaise... Les Antilles nous ont donné Joey Starr, symbole de la courtoisie française, et Lilian Thuram, un footballeur qui pense (enfin qui essaie), un Antillais invité à parler en expert des problèmes de l'Afrique (!), un milliardaire qui vient doctement palabrer sur les banlieues, les "ghettos" et les difficultés de la Guadeloupe (!!) alors même qu'il est loin de tout cela depuis des années et que la situation a changé. Voilà, voilà tout ce que nous envoient les Antilles: des chômeurs, des rappeurs et des footballeurs. C'est très peu de chose au regard de ce que nous coûte ces territoires. Cet argent serait mieux utilisé là d'où il provient, c'est-à-dire en métropole, pour réduire les inégalités entre régions françaises. La France a consenti des efforts pour l'outre-mer. Sans doute, ce n'était pas suffisant, car rien n'est parfait, ni ici, ni là-bas. Des erreurs ont été commises, qui auraient pu être évitées. Mais ne recevoir comme récompense que des insultes à connotation raciste, des accusations de "colonialisme", des cocktails molotov et autres projectiles sympathiques, c'est très ingrat et assez injuste.

 

Tout ce que les Antillais et Guyanais méritent, c'est que la France se débarrassent de leurs territoires. Qu'on leur donne donc leur indépendance, qu'on renvoie Joey Starr et Lilian Thuram dans leurs chères îles avec tous leurs "compatriotes" de métropole et qu'ils vivent enfin libres! Qu'ils élisent donc Christiane Taubira comme présidente: à n'en pas douter, elle saura utiliser les deniers publics pour ériger à chaque coin de rue des "monuments aux victimes de l'esclavage". Et quand leur niveau de vie aura rejoint celui des Brésiliens ou des Haïtiens, car la mémoire ne nourrit guère, peut-être méditeront-ils enfin sur leur aveuglement passé. 



21/02/2009
32 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres