Nationaliste Social et Ethniciste

Nationaliste Social et Ethniciste

Elections européennes: le désastre

Triste réveil ce matin, au lendemain des élections européennes (en outre, il pleut). Moi, j'ai voté, sans grand enthousiasme je dois dire (même si j'ai fait 120 km aller-retour pour cela), pour les listes Debout la République (DLR) de Nicolas Dupont-Aignan. Bon, je n'escomptais pas un score mirobolant. Mais c'est quand même décevant (on serait à 1,77 %). Le civisme est à l'agonie aujourd'hui en France et le nationalisme républicain vient de subir une grave défaite.

 

Abstention record

Avec près de 60 % d'abstention, on ne peut pas dire que les citoyens français aient donné l'exemple d'une démocratie digne de ce nom. Et les vainqueurs, M. Sarkozy et M. Cohn-Bendit, seraient bien inspirés d'avoir le triomphe modeste. Cette élection ne prouve nullement que la nation française approuve la politique de l'UMP, elle montre plutôt le niveau de dégoût qu'éprouvent nombre de nos compatriotes à l'égard de la politique et de l'Europe. Quant à Daniel Cohn-Bendit, l'éternel agitateur gaucho-écolo, doit-on lui rappeler les résultats d'un certain référendum où il avait mené campagne en faveur du "oui"? Et il n'y avait pas 60 % d'abstention! Il faut te le dire en quelle langue, Dany? Ta "Grande Europe", nous n'en voulons pas. Wir wollen keine Grosse Europa. Est-ce clair? Le désintérêt des Français pour cette élection est dû à Nicolas Sarkozy. Après le "non" au référendum, il avait promis qu'il n'y aurait pas de traité constitutionnel, juste un traité simplifié. Or, qu'est-ce que le traité de Lisbonne? De l'avis des spécialistes (je n'en suis pas un), c'est quasiment la copie conforme du traité constitutionnel rejeté, avec quelques symboles en moins. De qui se moque-t-on? Les Français ne sont pas dupes. D'ailleurs, les méthodes démocratiques de l'UE me laissent songeur: en France, vous avez voté "non", on s'en fiche, on vous impose le même texte; en Irlande, vous avez voté "non" lors de la ratification du traité de Lisbonne, eh bien, on vous refera voter jusqu'à ce que vous disiez "oui". C'est cela, la démocratie européenne? Des élites et des technocrates qui prennent toutes les décisions sans jamais en référer aux peuples ou qui se moquent de leur avis? Et il faudrait "plus d'Europe" nous disent les grands partis? Je commence à me demander s'il ne faudrait pas envisager des insurrections nationales coordonnées pour mettre fin à ce système. Je suis légaliste, attaché à la loi et au respect des procédures, mais la volonté des nations est clairement bafouée. Si les citoyens français, irlandais ou néerlandais ne peuvent plus se faire entendre par les urnes, si leurs gouvernements respectifs persistent dans une voie que refusent leurs peuples, il va bien falloir trouver un autre moyen d'imposer aux dirigeants la volonté des nations souveraines. Mais avant d'en arriver là, je veux croire que nous pouvons faire plier les élites européistes par des moyens réguliers. J'ai navigué, ces dernières semaines, sur divers sites "souverainistes" comme celui du Mouvement Républicain et Citoyen (MRC, Jean-Pierre Chevènement), du Rassemblement pour l'Indépendance de la France (RIF, Paul-Marie Coûteaux) ou de l'Union Populaire Républicaine (UPR, gaulliste): tous appelaient à l'abstention. Je comprends cette démarche, mais ne puis l'approuver. Ces mouvements laissent la nation française se faire spolier de sa souveraineté. Refuser d'aller voter est contraire aux principes républicains. Et je veux dire à ces mouvements et à leurs dirigeants, qui sont fort estimables, que leur comportement est une honte. Une honte faite à l'histoire nationale. Tant de sang versé pour en arriver là. Avez-vous songé, messieurs, aux soldats de l'An II, à ceux de 1870-1871, aux poilus de la Grande Guerre? Est-ce ainsi que vous honorez la mémoire de ceux qui ont donné leur vie pour que la France, notre patrie, soit un pays libre? Tout va désormais se décider à Bruxelles et à Strasbourg, sans nous. Que dis-je? Contre nous! Et il faut signaler qu'une Union Transatlantique est en préparation. Lorsque l'on a en tête les déclarations de Barack Obama en faveur du port du voile pour les musulmanes d'Occident, on ne peut que s'attendre à de violentes offensives contre la laïcité républicaine, relayées par la classe politique islamophile et plus ou moins résignée au communautarisme qui gangrène notre pays. Faudra-t-il là encore prendre les armes, quand les pires islamistes pourront brandir des décrets de l'Union Euro-atlantique leur garantissant la liberté religieuse totale, au mépris de la laïcité française? Les prochaines années vont être difficiles. Il faut se préparer au pire.

 

Le nationalisme républicain moribond

Le constat est paradoxal: les mouvements et les personnalités de talent ne manquent pas! Les blogs de patriotes républicains sont légions! Les informations sont souvent pertinentes, les analyses intéressantes, les arguments percutants. Alors? Alors, on sent la difficulté à surmonter le vieux clivage droite-gauche. Ce clivage a une signification, contrairement à ce que j'entends parfois. Mais pour les "souverainistes", de droite comme de gauche, le rejet de la construction européenne est précisément le seul thème fédérateur. Pour ma part, je reste persuadé que le triptyque Chevènement-Coûteaux-Dupont-Aignan avait une carte à jouer dans ces élections. Il semble que le RIF ait songé à une union souverainiste mais il a jeté l'éponge devant les obstacles. M. Chevènement a gaspillé son temps dans de vaines négociations avec le Front de Gauche. Jean-Luc Mélenchon m'est sympathique et a parfois des prises de position intéressantes, mais la refonte de la gauche l'intéresse plus que la défense de la souveraineté nationale. Finalement, Nicolas Dupont-Aignan est allé seul au feu, courageusement. Il a été boycotté par les média lors des "grands débats". Toutefois, il a péché dans sa campagne en reprenant complaisamment l'éternel couplet de "une autre Europe est possible". Il eut fallu qu'il ose faire campagne sur un "sortons de l'UE pour sauver la France" sans ambiguïté. Manque de courage? Manque de clairvoyance? Je ne sais, mais le désastre est là. Je souhaite que le MRC, le RIF et DLR entament dès aujourd'hui des discussions en vue des élections européennes de 2014 (on ne négocie pas des alliances en catimini deux mois avant le scrutin). Je souhaite qu'ils conçoivent ensemble un programme clair visant à sortir la France de l'Union européenne. Je souhaite qu'ils commencent leur campagne au plus tôt, afin d'occuper le terrain, dès le lendemain des élections présidentielles de 2012. J'espère que les résultats du scrutin d'hier vont provoquer un électrochoc salutaire parmi ceux qui se disent sincèrement attachés à la nation française et à sa souveraineté. Pour le moment, c'est le Front national qui est seul représenté au Parlement de Strasbourg. Une fois de plus, dans l'esprit des gens, l'équivalence entre nationalisme et extrême droite va apparaître comme une évidence. Un autre nationalisme est pourtant possible. Un nationalisme social et républicain, attaché à la démocratie et au système parlementaire. Les gens de bonne volonté qui aiment la France et la nation doivent s'unir. Et comprendre que mondialisation libérale, construction européenne, régionalisation, immigration, métissage ne sont que les différents aspects d'un même processus: une destruction en règle de la nation démocratique par le triomphe d'un ordre marchand mondial et par un retour à la confusion des peuples. Tout ceci dans le but unique d'abattre tout résistance aux élites libérales mondiales. Pour finir, je rappellerai la devise de la République française, la vraie, la première: "Liberté - Egalité - Fraternité - Unité ou la mort". Beau programme...



08/06/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres