Nationaliste Social et Ethniciste

Nationaliste Social et Ethniciste

Du côté de chez vous: bienvenue au pays de la diversité

En cette période de sécheresse, tous les yeux sont braqués vers la Grosse Pomme (Big Apple) que le Sardanapale de Sarcelles aurait peut-être voulu croquer plus que de raison. Ah ! Les « fruits de la passion » comme dit Francky Vincent, qui pourrait être finalement le maître à pensée inattendu de l’ex-futur candidat aux primaires socialistes (1). Suite à cet événement totalement sensationnel, la noble corporation journalistique a commencé son métier avec le talent fou qu’on lui connaît, en investissant la Babylone d’Outre-Atlantique : la maison de luxe où l’ancien espoir des classes populaires réside est assiégée nuit et jour, et jour et nuit. Nous avons eu droit à des images d’anthologie qui à coup sûr mériteraient le prix des grands reporters : le livreur d’un dauphin gonflable refoulé à l’entrée, la sortie en catimini d’Anne Schwartz-Sinclair, la milliardaire franco-américaine, la communautariste juive de gauche qui affiche superbement sa fierté d’être cocue ; une mention particulière pour les deux rabbins refoulés eux aussi. On aurait été surpris qu’ils soient admis en présence du présumé fornicateur adultère… Dans les prochains jours, des questions fondamentales vont se poser : de quelle couleur est le caleçon de Sardanapale ? Est-il constipé ? En est-il réduit à pratiquer le plaisir solitaire, tel un marginal à la dérive dans une Sodome vénale qui se révèle brutalement puritaine et inquisitrice ?

Pendant que le monde entier paraît suspendu à l’avenir d’un vizir lubrique (songez que l’on a droit à près d’une heure cumulée de reportages pour… sept minutes de procès !), la vie continue. La France découvre plus que jamais les joies de la « diversité » tant vantée, de la confusion des peuples et des cultures, source d’émerveillement béat pour une poignée d’humanistes dévoyés, source d’inquiétude et d’angoisse légitimes pour de nombreux Français.

 

La diversité, c’est quoi ? Côté face, le bonheur absolu : des échanges culturels harmonieux, un incomparable enrichissement mutuel, une immigration nécessaire, salutaire et salvatrice, comme le « démontre » Anne Sinclair sur son blog en prenant l’exemple ô combien significatif des Etats-Unis d’Amérique (2), pays sans passé, sans racine, sans âme. Un métissage souhaitable car forcément pacificateur, mais pas pour Mme Sinclair cette fois, qui apparemment ne pousse pas l’ouverture jusqu’à épouser un goy. Le mélange, c’est bon pour les autres… Mais chez le peuple élu (pardon, Peuple), comme chez nos amis de la Oummah, on reste bien entre soi, religion et esprit tribal obligent. La bêtise des bobos est incommensurable. « Multiculturalisme, multiculturalisme ! » scandent-ils au son des flûtes et des fifres. C’est quoi être multiculturel ? C’est en réalité un privilège réservé à une élite riche et cultivée. Le multiculturalisme sera toujours l’apanage de la haute bourgeoisie, car pour être pleinement « multiculturel », il faut en avoir les moyens : voyager, apprendre et pratiquer les langues, avoir accès aux livres qui donnent la culture littéraire nécessaire pour comprendre l’âme d’une civilisation, et ce dans plusieurs langues… Ce n’est pas à la portée du premier péquin venu d’être multiculturel ! Pour ma part, simple Français « monoculturel », je crois que je n’aurais pas assez d’une vie entière pour saisir pleinement ce qu’est l’âme de mon propre pays. Il ne faudrait pas s’imaginer que les voyous maghrébins et subsahariens du « 9-3 » sont multiculturelles : ces « djeunes » ne connaissent presque rien de « leur » cher pays d’origine, Algérie ou Mali, et pas grand-chose de la France puisqu’il n’y a quasiment pas de Français natifs dans leur quartier et qu’ils ont commencé leur carrière en crachant sur les professeurs qui tentaient de leur apprendre deux ou trois choses sur notre pays. On repassera pour le multiculturalisme…

Et côté pile ? C’est beaucoup moins réjouissant, et sans doute aussi moins intéressant que les rumeurs de boudoirs et les exploits d’alcôve du Sardanapale de Sarcelles. En parlant de Sarcelles, en voilà un bel exemple de diversité harmonieuse (3)…

 

Le nationalisme kurde s’invite dans le Val d’Oise

Samedi 4 juin, la police interpelle trois Kurdes dans le cadre d’une enquête anti-terroriste. La Maison culturelle kurde d’Arnouville est perquisitionnée. Blasphème ! Offense ! Outrage ! Cent à deux cents personnes s’assemblent et engagent les rituelles échauffourées avec les forces de l’ordre. Voitures de police caillassées, mobilier urbain brûlé, nous avons l’habitude. Voilà des gens qui sont accueillis en France, et qui se prennent à présent pour les maîtres, qui se croient au-dessus des lois. Qu’ils ne s’étonnent pas si, un jour, on met fin sans ménagement à leur arrogance. A Evry, où ont eu lieu deux des trois interpellations, mêmes scènes d’émeutes.

Il ne faudrait pas s’imaginer que les Kurdes sont des enfants de chœur. Depuis des années, ils profitent de leur statut de victimes du tyran de Bagdad, Saddam Hussein, qui les a en effet persécutés. Mais le Kurdistan irakien autonome est loin d’être le paradis dont le PKK (Parti des Travailleurs Kurdes) est si fier : on torture et on tue des chrétiens à Mossoul tout autant qu’à Bagdad. Des manifestations récentes tendent à prouver que le PKK est contesté par une partie des Kurdes irakiens, mais le parti n’entend point lâcher le pouvoir. Arrivé pour mettre fin à une dictature, le voilà qui glisse à son tour sur une pente dictatoriale…

Quant aux Kurdes de Turquie, loin de moi l’idée d’approuver toute la politique de M. Recep Tayyip Erdogan (premier ministre à vie ? il n’y a pas d’élections en Turquie ?). Mais la Turquie a le droit, comme tout pays, de prendre les mesures adéquates pour maintenir son intégrité territoriale. Etrangement, les Etats-Unis, fervents défenseurs des Kosovars, se montrent moins sensibles au sort des Kurdes turcs.

Le communiqué du PCF (le PKK étant sans doute un « parti frère ») vaut également le détour : la France se couvre de honte en utilisant contre ces hommes les mêmes pratiques que celles qu'ils ont fuies en quittant la Turquie. Rien que cela ! J’ignorais que le PCF versait encore dans le tiers-mondisme béat. Peut-être que les communistes devraient rappeler à leurs amis kurdes qu’en France, le fait d’être de pauvres Kurdes ne leur donnent pas le droit de se conduire comme ils l’ont fait. Le PCF a légitimé des violences contre les forces de l’ordre, excusez du peu. Il est vrai qu’il y a dans ce parti une vieille tradition de privilégier les intérêts étrangers par rapport à ceux de la France, même si cette tendance s’est toujours heurtée à un vrai patriotisme populaire, présent dans le parti depuis la Résistance.

 

Aux Tarterêts, les minorités toujours persécutées par la République (pétainiste ?)

Retour à Dassault City, une commune chère à mon cœur : Corbeil-Essonnes. Siège d’un comté au Moyen Âge, la ville de Corbeil est régulièrement assiégée durant la Guerre de Cent ans. Pendant les Guerres de Religion, elle est prise par les Espagnols qui peuvent ainsi ravitailler la Ligue, assiégée dans Paris par Henri IV. A la fin du XX° siècle, des populations immigrées de culture musulmane s’installent dans certains secteurs de la ville, notamment dans le quartier des Tarterêts, célèbre pour ses kermesses (4).

Dimanche 5 juin, la vie s’écoule lentement dans cette bourgade de la région parisienne. De sympathiques « jeunes », sans doute d’origine allochtone, désœuvrés comme toujours, décident de pimenter leur après-midi. Ils incendient donc deux voitures garées là par quelques impudents. Rien que de très banal. Dans les pays civilisés, on regarde les voitures brûlées en profitant du spectacle. Dans un pays barbare comme le nôtre, les pompiers viennent pour éteindre le feu. Drôle d’idée ! On pourrait au moins limiter leurs interventions aux incendies accidentels. Mais là, tout était voulu et sous contrôle. Pourquoi interrompre un divertissement local prisé par certains jeunes Maghrébins et Subsahariens ? Ne sommes-nous pas dans un pays multiculturel ? Comme les pompiers sentent bien qu’ils vont troubler la fête de quartier, ils se font accompagner de policiers. Quelle erreur ! Expédier des policiers dans un quartier multiculturel, c’est comme envoyer une femme en mini-jupe dans un quartier juif orthodoxe : plus qu’une offense, un blasphème. Imagine-t-on des policiers allemands arrivant pour maintenir l’ordre dans un quartier de Tel-Aviv ? Tout cela n’est pas sérieux. Les jeunes des Tarterêts, légitimement contrariés, accueillent les forces de l’ordre comme il se doit : avec des pierres, des crachats et des insultes. Plutôt que de battre en retraite comme le dicte la sagesse la plus élémentaire, la police s’entête à remplir sa besogne ingrate de coercition humiliante. On sort les flashballs, et les bombes lacrymogènes fusent. Prise dans cet affrontement, la famille Gimo tente de se mettre à l’abri. Mais une fillette de neuf ans s’écroule, atteinte à la tempe par un projectile. Il y avait de la fumée, des cris. Pour les parents, l’affaire est entendue : le projectile vient de la police, les forces de l’ordre sont coupables. Nous avons entendu la véhémence de la mère.

La police déclare qu’à l’heure actuelle, rien ne permet de savoir quel type de projectile a touché la fillette, dont on doit souhaiter le rétablissement le plus prompt. Après tout, il est fort possible que ce soit un tir de flashball. Il est même surprenant que ça n’arrive pas plus souvent… Ce qui est proprement incroyable, c’est que la mère ne paraît pas mettre en cause les « jeunes ». Pourquoi la police est venue ? Qui a mis le feu aux voitures ? Les policiers ?

Si vraiment des immigrés se sentent victimes de la police en France, pourquoi restent-ils ? Le monde est vaste, on a toujours le choix. La France fait partie de l’espace Schengen et il y a d’autres pays développés en Europe. Qu’ils s’en aillent donc vivre sous d’autres cieux !

 

La fable de Sevran : l’agneau qui voulait devenir loup

A présent, laissez-moi vous raconter une belle histoire :

Il était une fois, dans le monde merveilleux et multiculturel d’Europe Ecologie, un gentil garçon appelé Stéphane Gatignon. Il avait un respect profond pour les minorités, et n’aimaient rien tant que la diversité culturelle et ethnique, les arbres, les animaux et les énergies renouvelables. Grâce à ces idées belles et généreuses, il fut élu chef par le village multiculturel de Sevran. Stéphane Gatignon aimait tant les Autres, les gens différents, persécutés, victimes de racisme que ces derniers ne pouvaient que lui en être reconnaissants. Stéphane Gatignon avait de l’argent public à distribuer pour rendre le sourire aux pauvres immigrés discriminés. De plus il luttait pour la dépénalisation du cannabis, afin que les jeunes aient une source de revenus enfin légales. En échange, Stéphane Gatignon espérait que les jeunes seraient gentils. Malheureusement, certains jeunes étaient très méchants : non seulement ils faisaient du trafic de drogue, mais en plus ils échangeaient des coups de feu à proximité des écoles où les petits Sevranais et Sevranaises essayaient d’apprendre cette belle langue étrangère qu’est le français. Oh, que c’est vilain de se conduire ainsi ! Ecœuré, triste et désespéré (et un peu en colère, il faut le dire), Stéphane Gatignon demanda aux grands chefs d’envoyer des soldats pour faire peur aux méchants. Des soldats avec des chars, des fusils mitrailleurs et des canons. Parce que Stéphane Gatignon est un gentil, et il n’aime pas les méchants, surtout les méchants qui s’en prennent aux gentils. Mais pourquoi ne pas faire appel à Superman ou à Darth Vador tant qu’on y est ? Au fait, à quoi sert la police ? Ah oui, c’est vrai, comme on vient de le voir, elle importune les braves gens des cités. Il faut sûrement de nouveaux uniformes, plus acceptables, du moins pour quelques temps.

Moralité : il n’est de pire militariste qu’un ancien laxiste…

 

Alors faut-il envoyer l’armée dans les banlieues ? Il est à craindre en effet qu’on en soit réduit un jour à cette extrémité (encore que… vue la composition de l’armée française). Mais il est croustillant que cette intervention soit réclamée par un communiste bobo passé à l’écologie politique. Et il est étonnant qu’un partisan de l’Europe ethnique refuse les conséquences de sa propre idéologie laxiste, communautariste et immigrationniste…

 

(1) Quel poète ! Echantillon :

//www.youtube.com/watch?v=bONeCoik1Ts

//www.youtube.com/watch?v=vjTQqTGa3dQ

 

(2) //annesinclair.typepad.fr/journal/2011/05/immigration-d%C3%A9cid%C3%A9ment-l%C3%A0-bas-comme-ailleurs.html

 

(3)

//www.communautarisme.net/Sarcelles-les-apprentis-sorciers-du-communautarisme_a1018.html

 

(4)

 //blog-nationaliste.blog4ever.com/blog/lire-article-286920-1343179-sommes_nous_en_guerre_civile_.html



11/06/2011
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres